Accueil > Actualités > Culture & Patrimoine

2010 une année faste pour Diana Cooper, élève pianiste au Conservatoire Henri DuparcPubliée le 11-06-2010

Diana Cooper, élèves pianiste au Conservatoire

2010 une année faste pour Diana Cooper :

26 Mars 2010 - Concours International Jeunes Talents à Montrond-Les-Bains
Lauréate à l’unanimité, elle obtient le 1er prix dans la catégorie « Espoir » et une
bourse de mécénat de 300 €.

10 Avril 2010 – Concours International FLAME à Paris
1er Grand Prix dans la catégorie 10 – 12 ans avec une notation exceptionnelle de
100/100 points, score inégalé dans les 4 premières catégories (jusqu’à 16 ans). Elle
obtient une bourse de mécénat de 200 € et elle est invitée à suivre les cours de Karl-
Heinz Kämmerling au Mozarteum de Salzbourg en Autriche.

31 Mai 2010 – Concours International d’Ile de France à Maisons-Laffitte
Lauréate du 1er prix, elle obtient une bourse de mécénat de 100 €.

Un beau palmarès, mais qui est donc Diana… petit portrait…

Entrée au Conservatoire à l’âge de 7 ans, son professeur Jean-Paul Cristille détecte très vite son potentiel. Elève brillante et assidue, cette jeune fille de 12 ans est réservée presque timide et si vous la croisez au détour d’un couloir, il est probable que vous ne la remarquerez peut être pas, tant elle est discrète. Il n’en sera pas de même si vous l’écoutez jouer en audition ou en concert car Diana apparaîtra sous un autre jour. Les soirs de concert, elle entre sur scène avec la discrétion qui la caractérise, salue le public, règle son tabouret. Ses longs cheveux déployés sur ses épaules, ses doigts délicatement posés sur le clavier ne sont pas sans nous faire penser à un certain tableau de Renoir. Quelques secondes de concentration et dès les premières mesures la magie opère… L’auditeur est captivé par tant de justesse, de virtuosité et de sensibilité. Certes, Diana maîtrise la technique mais donne aussi de la couleur à ses interprétations. En jouant, elle se révèle et libère une belle énergie qu’elle fait partager à tous ceux qui ont le privilège d’entendre ses interprétations. Le talent à l’état pur… Comme disait Roger Martin du Gard écrivain français "C'est le travail qui importe. Sans travail, le talent n'est qu'un feu d'artifice: ça éblouit un instant, mais il n'en reste rien." Ce travail qui nourrit son talent, elle l’accomplit avec le soutien de sa famille et au côté de son professeur Jean-Paul Cristille que nous saluons pour son travail.
A l’occasion de l’inauguration du Conservatoire le samedi 6 novembre, Diana interprètera le Concerto pour piano n° 21 de Mozart avec l’Orchestre Symphonique composé d’élèves et de professeurs de notre établissement.
Un rendez-vous à ne pas manquer !